Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Eglise Protestante Unie de Narbonne

Culte du dimanche 6 juin 2021

5 Juin 2021, 08:24am

Publié par egliseprotestanteunienarbonne@gmail.com

 

 

 

Église protestante unie de Narbonne​​

 

Culte 6 juin

 

Prédicateur : Jean-Pierre Pairou Segara

 

 

La grâce et la paix vous sont données de la part de Dieu notre Père et de Jésus-Christ notre Sauveur. Le Seigneur nous appelle. Le Seigneur nous rassemble. Le Seigneur nous unit. Il est présent parmi nous.

 

Père, nous te remercions pour ce jour et cette heure mis à part dans notre vie. Voici un temps de paix, d’écoute et de louange ; un temps où, par ton Esprit, nous apprenons à vivre en communion avec Jésus-Christ.

 

LOUANGE :

 

 Nous te louons : tu nous aimes et nous sommes tes enfants. Nous te louons pour Jésus-Christ : il a proclamé la bonne nouvelle du Royaume. Nous te louons pour l’Esprit Saint : il nous rassemble malgré nos différences, et fait de nous un seul peuple, ton peuple. Nous te louons pour ce jour qui nous fait entrer dans la joie de ton Règne et nous chantons ta gloire.

 

Chant : Psaume 107

 

PRIERE DE REPENTANCE

 

 Assurés de l’amour de Dieu en Jésus-Christ, reconnaissons notre péché.

 

 En ce premier jour de la semaine, nous regardons vers toi, Dieu d’amour. Tu nous as donné le pain de chaque jour, tu nous as réjouis par ta création, tu nous as assurés de ta miséricorde par le Christ, mais nous ne t’avons pas dit notre reconnaissance. Pardonne-nous. Tu nous as fait entendre des nouvelles de toute la terre, tu as mis devant nos yeux la souffrance de nos frères et de nos soeurs, mais nous lui sommes souvent restés insensibles. Pardonne-nous. Tu nous as accompagnés dans notre chemin quotidien, mais devant les soucis, nous avons été gagnés par la crainte et devant la tâche que tu nous indiquais, nous n’avons pas su t’obéir. Pardonne-nous. Accorde-nous, Père, des coeurs reconnaissants, attentifs, et disponibles pour ton service. Amen.

 

 Spontané 3

 

DECLARATION ET ACCUEIL DU PARDON :

 

Quand les montagnes s’effondreraient, dit Dieu, Quand les collines chancelleraient, Ma bonté pour toi ne faiblira point et mon alliance de paix ne sera pas ébranlée. Je t’aime d’un amour éternel, et je te garde ma miséricorde”. Et voici comment Dieu a manifesté son amour : “Il a envoyé son Fils unique dans le monde afin que, par lui, nous ayons la vie”. Que Dieu nous mette au coeur l’assurance de son pardon et qu’Il nous donne de marcher vers son Royaume. Chantons notre reconnaissance.

 

Spontané3

 

VOLONTE DE DIEU  :

 

 Pardonnés et libérés, écoutons ce que Dieu veut pour nous et nous donne la force de faire : “Vous avez été appelés à être libres. Seulement ne faites pas de cette liberté un prétexte pour vivre selon les désirs de votre propre nature. Au contraire, laissez-vous guider par l’amour pour vous mettre au service les uns des autres. Car toute loi se résume dans ce seul commandement: aime ton prochain comme toi-même.”  

 

Spontané 3

 

PRIERE AVANT LA LECTURE DE LA BIBLE  :

 

Nous prions Dieu avant de lire les Ecritures, afin qu’elles deviennent pour nous Parole de vie.

Père, ta Parole est pour nous ferment du Royaume et germe d’espérance. Que par ton Esprit, nous la recevions avec simplicité et avec joie. Que cette Parole nous fasse porter les fruits que tu attends. Nous te le demandons par Jésus-Christ, notre Seigneur.

 

  Math. 25, 31à 46

 

Texte en prise sur notre actualité, nationale, mondiale, sur notre quotidien même. Nous vivons dans un monde où la peur est soigneusement entretenue à des fins plus ou moins avouables. Les médias, l’ambiance générale en période de crise, suscitent des réactions humaines, trop humaines, qui conduisent à la peur de « l’autre », et au désir d’exclusion. Il est vrai que la délinquance augmente en raison du chômage, il est vrai que la misère du monde frappe à nos portes. Mais nous pourrons construire toutes les prisons du monde, élever des murailles autour de nos frontières, rien n’empêchera le mouvement inéluctable qui conduit les nantis à ce sentiment d’insécurité.

Texte donc qui nous parle de la relation à l’autre et de la relation à Dieu en termes de jugement.

Texte mal aimé et difficile à articuler avec la notion de grâce.. Texte qui dérange par sa condamnation semble-t-il sans appel. «  Allez-vous en loin de moi, maudits dans le feu éternel préparé par le diable et par ses anges » v. 41. Image du jugement dernier reprise par le moyen-âge suscitant terreur voire désespoir.. Source d’interrogation pour Luther.

 

 Texte situé à la fin de l’Evangile de Mathieu. Jésus à Jérusalem annonce sa mort, ses souffrances, son retour. Ce jugement est situé après toute une série de paraboles.( Figuier, esclave infidèle, dix vierges, talents.. ).Elles ne sont pas la descriptions de réalités, fussent-elle à venir. Elles sont, à travers un récit, une exhortation. Cette séquence du jugement est à prendre, elle aussi comme une exhortation au changement.

 Notre récit se situe avant «  l’onction à Béthanie » et  le thème de la «  disparition » du Jésus historique est sous-jacent.

Quelles sont les caractéristiques de ce récit de jugement ?

 

L’Universalité

 

 Alors que Mathieu s’adresse à une communauté judéo-chrétienne, il n’y a pas de distinction entre juifs et goïms. Le jugement ne se fait pas en fonction de l’appartenance à un peuple, mais en fonction de ce qui, à première vue , apparait comme une « éthique ». La conséquence en est, étonnement, le passage à l’individualité. C’est le comportement individuel qui est en cause. Pourtant  le texte ne se réduit pas à une série de prescriptions morales.

 

La Symbolique du tri

 

Symbolique qui semble évidente, avec le Royaume d’un côté, le feu de l’autre, les moutons et les chèvres, les «  bons » et les « mauvais ». Cependant cette symbolique, même si elle nous est (trop) familière, ne correspond pas à la réalité de notre condition humaine. En effet en chacun de nous cohabitent, bien et mal, moutons et chèvres. Et nul n’est définitivement et à jamais l’un ou l’autre. C’est le propre de la notion de « péché originel » que de pointer cette coexistence en chaque homme. Le danger est le moralisme qui fait croire à une séparation radicale entre bons et méchants. La séparation n’appartient qu’à Dieu et le danger pour chacun comme pour les Eglises dans l’histoire est de se substituer à Dieu pour juger à sa place. Le jugement se fait semble-t-il à l’intérieur de chacun entre sa part de mouton et sa part de chèvre.

 

L’ignorance

 

Il est étonnant de voir comment les individus jugés sont inconscients du moment où ils ont bien ou mal fait.  « Seigneur, quand t’avons-nous vu avoir faim ? » v.37. Cet aveuglement est le plus grand danger auquel il faut échapper. En même temps il fait sortir la problématique de la simple morale. Ils ignorent ce qu’ils font «  Père pardonne leur, car ils ne savent ce qu’ils font » Lc. 23, 34

 

Cette ignorance est illustrée par un texte de F. Mauriac, texte polémique et qu’il faut resituer dans son contexte de la guerre d’Algérie, sans tomber dans le manichéisme.

«  Quelles que soient nos raisons et nos excuses, après 19 siècles de Christianisme, le Christ n’apparait jamais dans le supplicié aux yeux du bourreau d’aujourd’hui. Il ne se révèle jamais dans la figure de cet arabe sur lequel le commissaire abat son poing. Que c’est étrange qu’ils ne pensent jamais, surtout quand il s’agit d’un de ces visages sombres aux traits sémitiques, à leur Dieu attaché à la colonne et livré à la cohorte, qu’ils n’entendent pas, à travers les cris et les gémissements de leur victime la voix adorée : «  c’est à moi que vous le faites ! » »

Ce qui est en jeu, ce n’est pas l’éthique, car bien des non chrétiens font aussi bien ou mal, ce qui est en jeu, c’est la relation à Dieu.

Jésus disparait, le temps de l’absence « physique » du Seigneur va s’ouvrir pour devenir le temps de l’Eglise. Temps de «  ceux qui cherchent le Christ depuis qu’ils ont trouvé le tombeau vide » selon la formule du pasteur Simon.

 

La Présence du Christ au monde

 

«  Les pauvres, vous les aurez toujours avec vous, mais moi vous ne m’aurez pas toujours » Mt 26,11. Il y a comme une substitution de la présence. La présence des pauvres devient présence du Christ. Pas dans un sens misérabiliste : il ne s’agit pas d’un éloge de la pauvreté en soi, ni d’une idée de co-rédemption par la souffrance, mais les diverses formes évoquées ( faim, soif, exil, nudité, maladie, prison ) peuvent être vécues sous différentes formes physiques ou morales par chacun . Ce qui importe c’est que la relation à l’autre sache reconnaitre sa souffrance.

 

La relation au Christ

 

Elle passe ainsi par la relation à l’autre dans sa détresse. Le Christ n’est plus à chercher dans un ciel inaccessible, pas plus que dans une éthique codifiée ou dans une liturgie sclérosée. Il est à visiter dans nos voisins, dans ceux que nous voulons ignorer, qui nous gênent. Le salut ne passe pas par de bonnes actions morales, mais par la rencontre avec Jésus-Christ. Le jugement n’est pas dans un avenir, il est dans le présent de la rencontre avec l’autre. Le comportement  d’Abraham au chêne de Mamré est une illustration de cet accueil. Abraham  courre à la rencontre des trois hommes, leur propose eau et hospitalité.. Qu’en aurait –il été de la Promesse, s’il les avait chassés ? Ainsi chaque être humain doit-il être considéré comme un «  ange » de Dieu, comme une image de Dieu.

 

Ce changement de regard auquel nous sommes appelés est le Royaume  même. Il est la Paix du Christ, parce qu’il nous fait sortie de l’engrenage du mépris qui engendre la violence.  Il n’y a plus en lui ni juif, ni grec, ni prisonnier, ni loubard, ni beur de banlieue, ni petit-blanc…

Mais cette rencontre, cet amour de Dieu donné en Jésus-Christ et par lequel nous sommes appelés à vivre, est une exigence. Elle est de notre responsabilité.

 Elle est le «  Prix de la grâce ».

 

Jean Pierre Pairou

 

 Chant 610

 

Confession de foi

 

Nous croyons en Dieu, qui nous appelle à œuvrer à ses côtés, en vue de maintenir le monde et de le faire, chaque jour, nouveau.

 

Il est notre lumière, et nous avons besoin de son amour, tout comme, lui aussi, il a besoin de notre amour.

Nous croyons que Christ est venu pour aider tout être à porter sa souffrance, et lui indiquer le chemin de la vie et de la joie.

Il est à nos côtés, que nous soyons ou non capables de le reconnaître, et nous avons confiance en lui, tout comme, lui aussi, il a confiance en nous.

Il nous a donné son esprit, qui nous ressource et nous appelle, afin que nous ne restions pas au-dehors, mais que nous puissions contempler sa gloire.

Nous croyons que Dieu établira un jour sur la terre son Royaume, qu’il transformera notre monde et nous transformera nous-mêmes.

En vue de ce Royaume, il nous appelle à former un peuple nouveau, et il nous conduira jusqu’à ce matin éternel, où nous saurons reconnaître en tout visage son visage, en tout être et en tout regard l’image de sa divinité.

C’est en lui et en lui seul que nous plaçons notre foi, car c’est lui et lui seul qui peut nous conduire à la vie. Amen

 

Spont 3

 

Annonces:

Journée d’Ensemble du 13 juin 2021 à 10H

A Saint-Germain de Cesseras dans le Minervois ;

pas de culte ce jour-là au temple de Narbonne.    

Une journée d'Ensemble à ne pas manquer!

 

Pour s'y rendre:
- Depuis Narbonne, rejoindre Olonzac puis Cesseras ; prendre direction Siran; au carrefour de La Mignarde (2 km), prendre à droite le chemin indiqué "Chapelle Saint-Germain" (1 km)  Parking, à droite du chemin, en face du "Temple".

Programme:
Accueil à partir de 10 heures.

Les membres des deux paroisses commencent à faire connaissance
Culte avec Sainte-Cène

coprésidé par les pasteurs Charles Klagba et Alain Ray
Apéro en plein air préparé par Denise. la Maire de Cesseras est invitée.
Déjeuner sur l'herbe.

Chacun apporte repas et couvert, mais aussi couvertures pour s'asseoir à l'ombre, tables ou fauteuils de camping.Les chaises de l'église seront à libre disposition.  Café individuel ou collectif.
Surtout, il importe que les paroisses fassent connaissance et nouent des liens amicaux pendant ces agapes.
Au revoir officiel à Charles

Avant de se séparer, quelques explications sur Saint-Germain et visite (si on le souhaite ) au plus grand et au plus spectaculaire dolmen du Midi de la France, les Fades, à 2 km. Accès en voiture.

 

 

Ste Cène

 

Louons Dieu: C’est notre joie de te célébrer, ô Dieu notre Père, pour ce monde que tu as créé si beau et que tu gardes à travers ses douleurs jusqu’au jour où, selon ta promesse, viendra ton Royaume. C’est notre joie de te célébrer pour ton Fils, Jésus-Christ, notre Seigneur, né de notre chair, baptisé, tenté, transfiguré, condamné, crucifié, ressuscité d’entre les morts, élevé dans la gloire. C’est notre joie de te célébrer pour ton souffle de vie, l’Esprit d’adoption qui nous apprend à te dire Père, qui exorcise nos peurs et illumine notre foi. Aussi, avec les cieux et la terre, avec la multitude de ton peuple, par tous les temps et par tous les lieux, nous célébrons ton nom [et nous chantons]. Assemblée :

 

 Chant spontané.

 

RAPPEL DE L’INSTITUTION :

 

 Le soir venu, Jésus se mit à table avec les douze. Pendant le repas, il prit du pain et, après avoir rendu grâces, il le rompit et le leur donna en disant : “Prenez, mangez, ceci est mon corps.” Ayant aussi pris la coupe et rendu grâces, il la leur donna en disant : “Buvez-en tous, car ceci est mon sang, le sang de l’alliance qui est répandu pour la multitude, pour le pardon des péchés. Je vous le dis, désormais, je ne boirai plus de ce fruit de la vigne jusqu’au jour où je le boirai, nouveau, avec vous, dans le Royaume de mon Père.”

 

PRIERE DE COMMUNION  :

 

Nous prions : Père, au moment de nous approcher de cette table, nous faisons mémoire des paroles et des gestes de Jésus-Christ, de sa mort, de sa résurrection, et nous attendons son retour. Nous recevons de toi ce pain de vie destiné à la nourriture du monde. Nous recevons de toi la coupe d’alliance que tu offres pour la joie du monde. Tu nous rassembles et nous invites. Par ton Esprit, renouvelle notre foi afin que ce pain et ce vin soient les signes de la présence de ton Fils parmi nous. Fais toutes choses nouvelles dans nos coeurs et dans le monde.

 

 SILENCE

 

Comme Jésus l’a enseigné à ses disciples, nous te disons :

 

 NOTRE PERE

 

: Notre Père qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour ; pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés. Ne nous soumets pas à la tentation mais délivre-nous du mal, car c’est à toi qu’appartiennent le règne, la puissance et la gloire, aux siècles des siècles. Amen.

 

INVITATION A LA CENE  : Voici le repas que nos mains ont préparé, mais c’est le Seigneur qui nous invite. Voici la table que nous avons dressée, mais c’est lui qui nous accueille. Voici la joie que nous avons désirée, mais que lui-même nous donne. Nous sommes tous invités. Que celles et ceux qui reconnaissent en Jésus-Christ le Seigneur, et désirent partager son repas, forment un cercle autour de cette table.

 

FRACTION - ELEVATION

 

 “Le pain que nous partageons est communion au corps du Seigneur Jésus-Christ. La coupe de bénédiction, pour laquelle nous rendons grâces, est communion au sang du Seigneur Jésus-Christ. ”

 

PRIERE D'ACTION DE GRACES :

 

 Nous te remercions, Père, pour le repas que nous avons pris ensemble. Accorde-nous de vivre de cette nourriture, de te célébrer toujours avec joie et d'être ainsi témoins de Jésus-Christ.

 

Allez en paix dans la joie de votre Seigneur.

 

 

INTERCESSION :

 

 Nous nous unissons dans la prière : Père, ta Parole nous a redit ton amour pour ce monde. Une autre prière peut être rédigée par l’officiant(e) et/ou prières libres. Nous te prions pour celles et ceux qui ont faim, fais-nous découvrir la joie du partage. Nous te prions pour les immigrés et les exilés, prépare-nous à les accueillir avec toutes leurs différences. Nous te prions pour les solitaires, conduis-nous sur le chemin de leur souffrance. Nous te prions pour les méprisés et les détenus, rappelle-nous qu’ils ont droit au respect. Nous te prions pour les malades, inspire-nous l’offrande d’une présence. Nous te prions pour celles et ceux qui exercent l’autorité dans le monde ; donne à chacun de nous d’assumer ses responsabilités. Nous te prions pour ton Eglise, apprends-lui à rester fidèle. Amen.

 

Chant 607

 

  ENVOI

 

: Béni soit Dieu, Il nous a donné sa Parole pour que nous l’entendions, Il nous a promis son Royaume pour que nous espérions. Allez, avec vos soeurs et vos frères, dans l’audace et l’adoration, “la joie de Dieu sera votre force”.

 

 BENEDICTION :

 

 Recevons la bénédiction de la part de Dieu : “Le Seigneur de la paix vous donne lui-même la paix, en tout temps et de toute manière”. Amen.

Commenter cet article