Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Eglise Protestante Unie de Narbonne

Dimanche 6 novembre 2022 : prédication : Romains 5, 1 - 11

8 Novembre 2022, 09:41am

Publié par egliseprotestanteunienarbonne@gmail.com

DIMANCHE 6 NOVEMBRE 2022

PREDICATEUR : JEAN PIERRE PAIROU

Romains 5, 1 à 11

L'Epitre aux romains est, d'une certaine manière, centrale dans . la naissance de la Réforme Luther, torturé par l'idée de salutcomme on l'était au moyen-age, va trouver dans ces textes de Paul ( Eph.2 ) cette idée libératrice de " justification" par la foi et non par les oeuvres. Thème central qui oppose Paul aux judaisme  ( en particulier pharisien ) comme il opposera Luther à la théologie catholique.

 L'idée de mérite nous est familière: seule une bonne action mérite sa récompense. Elle est difficile à ôter de l'esprit humain. Il m'est arrivé d'entendre un protestant dire : " Qu'ai-je fait à Dieu pour mériter ça ? "

N'y a-t-il pas aussi parfois, une manière protestante de faire de la foi une oeuvre ?

Thèmes de ce texte :

-La justification

-La réconciliation

-La foi

-La mort " salvatrice" interrogation terrible et centrale.

1) Idée de Justification

Cette idée repose sur le sentiment que nous sommes tous impies ( accusation de pessimisme protestant). Idée selon laquelle l'homme ne peut être juste par lui-même. D'une certaine manière, chacun de nous peut ressentir ses limites. Cette position est à l'opposée de celle de Rousseau par exemple pour lequel l'homme naturellement bon est perverti par la société. La vision de " l'homme injuste" est liée au concept de " péché originel ". " concept mal fichu " selon un philosophe, car il ne s'agit pas de l'ordre de l'hérédité mais de la nature humaine. L'homme est homme parce qu'il est pêcheur. Dans le livre de la genèse, il y a une positivité de la transgression dans la mesure où elle donne à l'homme la conscience de lui-même. En même temps celle -ci comporte une négativité puisqu'elle coupe l'homme de Dieu. Il en résulte que l'homme injuste ne peut redevenir juste par lui-même sans perdre la conscience qu'il a de lui-même. Mais il peut redevenir juste aux seuls yeux de Dieu qui le considère comme tel.

Cette vision est compliquée dans la mesure où elle s'exprime en termes juridiques humains ( trop humains ) c'est à dire d'organisation sociale et politique. De même la notion de "Grâce" a-t-elle un retentissement particulier.  ( Je ne l'utilisais pas en prison ) . Etre justifié par grâce, c'est d'une manière être recréé tel que Dieu nous a voulus comme hommes. C'est nier la séparation d'avec Dieu. C'est Lui qui par son amour manifesté en Jésus, amour inconditionnel offert à tous, établit la paix.

 Etre justifié, c'est être en paix avec Dieu par Jésus- Christ.

2 ) Thème de la réconciliation

Il s'agit d'un thème biblique essentiel,même s'il est peu employé. L'histoire biblique est celle de la réconciliation sans cesse recommencée de Dieu avec son peuple. Le schéma se présente ainsi : Volonté de Dieu- refus et transgression humaine-réconciliation.

 En Jésus Christ la réconciliation devient absolue. Par Lui, la réconciliation avec Dieu est rendue possible par la médiation de son humanité. Jésus, homme et Dieu réunit l'un et l'autre.

Toute réconciliation passe par une médiation comme celle de Jacob et Esaü dans l'ancien testament. Elle nécessite du temps, un dialogue, des gestes. En Jésus la réconciliation avec Dieu se fait par une histoire, la Parole et le geste qui est celui de la croix.

Jésus, Dieu, est en même temps l'homme absolu. En Lui, le conditonné et l'inconditionné n'existent plus  ( C.f. Paul Tillich ) Grâce à Lui Dieu et l'homme sont accessibles l'un à l'autre

3) La Foi

 On parle de " justification par la foi", . En Jésus-Christ la réconciliation avec Dieu est offerte, mais elle n'est réelle que dans et par la Foi. Encore faut-il comprendre ce qu'elle est . Elle n'est pas une simple adhésion à un système de pensée ou de croyances. La foi est d'abord confiance en une parole. Aller au delà des apparences. Abraham, père de la foi, se met en marche sur une parole de Dieu : " Va ! " ou " Va, vers toi-même ". La Foi le conduira jusqu'à la démarche insensée d'aller sacrifier son fils ! la foi, c'est    " espèrer contre toute espérance "

Avancer sur une parole dans laquelle on met sa confiance, telle est notre foi chrétienne. Marcher à la suite de Jésus ou tenter de le faire " malgré", c'est marcher vers l'amour de Dieu et le salut.

4) Mort salvatrice

La conception traditionnelle fait de Jésus la victime expiatoire qui apaise la colère de dieu envers les hommes . " Nous sommes sauvés de la colère par son entremise ", " nous sommes justifiés par son sang " Schéma difficile à entendre aujourd'hui.

 Une autre lecture ( ?) est celle dans laquelle on peut dire que Jésus a  " sacrifié sa vie " Annonçant l'amour de Dieu, jésus est allé jusqu"au bout de cette annonce, ce qui le conduisit à la mort.

En ce sens, c'est bien cette mort sur la croix, signe suprême de l'amour de Dieu qui pour nous est salvatrice. L'amour de Dieu nous est prouvé charnellement et, comme dit Paul " Rien ne pourra nous en séparer. C'est l'amour et non la colère qui conduit à la croix et c'est lui que nous sommes appelés à vivre.

Vivre, vivre par la foi, c'est changer de vie et ne pas rester replié sur soi-même mais avoir une force nouvelle. " Ce qui ne me tue pas me rend plus fort  " Nietszche. Plus fort parce qu'animé d'une confiance nouvelle : celle que donne la certitude d'être aimé quoiqu'il arrive;

" J'en ai la certitude, ni la mort, ni la vie, ni les esprits, ni les puissances, ni le présent, ni l'avenir, ni les astres, ni les cieux, ni les abîmes, ni aucune créature, rien, jamais ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu, manifesté en Jésus- Christ "

Commenter cet article